TEMOIGNAGE. Lamballe-Armor : au magasin de jouets, « on ne va pas lâcher »

Article du Ouest France-Recueilli par Géraldine BRÉMAND.Publié le 14/11/2020 

Christine Basset a repris le JouéClub de Lamballe-Armor (Côtes-d’Armor) il y a six ans. Avec son équipe de quatre employés, elle prépare les commandes au Père Noël, malgré la fermeture du magasin pendant le confinement. Le cri du cœur d’une jeune commerçante déterminée à tenir, avec l’aide de ses clients.
Christine Basset, propriétaire gérante du JouéClub de Lamballe-Armor (Côtes-d’Armor), n’accueille plus de clients dans son magasin depuis le 30 octobre 2020 et le début du deuxième reconfinement. Le système « clique et collecte », la commande sur le portail internet avec retrait devant le magasin, lui permet de continuer à vendre. Avec le soutien des clients, la jeune commerçante compte bien tenir.

« Chaque année, c’est grâce à Noël qu’on peut monter la collection suivante. Malgré le nom national JouéClub, il faut rappeler que nous sommes des commerçants indépendants réunis en coopérative : on partage des valeurs, mais chaque magasin a son identité propre, passe ses commandes, fait ses choix. »

« Toutes mes petites marques, comment les vendre ? »

« Face aux géants d’internet, ce sont nos services qui font la différence. Ici, on répond aux demandes au cas par cas, même en ce moment. Par téléphone et par mail aussi, car tout le monde n’utilise pas internet.

J’aurais aimé qu’on nous autorise à ouvrir, avec des conditions sanitaires plus strictes. On est capables de s’adapter. Limiter le nombre de personnes en magasin, c’est possible. Mes produits, ma collection, je les aime. Toutes mes petites marques françaises, que les gens ne connaissent pas, comment je peux les vendre si mes clients ne les voient pas ?

« Il faudra se serrer la ceinture »

En termes de gestion, ce sera difficile. Nous avons plus de 20 000 références. Dans un magasin de jouets, la valeur du stock est très importante, comme dans les librairies, et la marge est petite. J’ai appris à gérer mon stock, à gérer aussi le stress que ça implique. On sera là l’an prochain, mais il faudra se serrer la ceinture et ce sont mes petits fournisseurs qui en pâtiront.

Je sais que je suis soutenue par mon banquier. Mais si mon entreprise qui est saine et viable tremble, qu’est-ce que ce sera pour les autres. Qu’est-ce que sera l’avenir ?

Mais on ne va pas lâcher ! Tous les jours il y a quelque chose qui nous rebooste. Il n’y a pas une journée où on ne reçoit pas un message de soutien des clients. C’est très touchant. »
Photographie:Chrsitine Basset a repris le magasin JouéClub de Lamballe Armor en 2014, au départ à la retraite des anciens propriétaires.

Partager cette fiche : 

Vous souhaitez recevoir nos informations et nos offres ?

Inscrivez-vous à notre Newsletter !