Lamballe. Son restaurant devait ouvrir au mois de novembre, elle fait de la vente à emporter

Article du Ouest-France Anne-Lyse RENAUT.Publié le 12/01/2021

Lors du premier confinement, Edwige Admon a vendu son restaurant à Lyon pour s’installer à Lamballe (Côtes-d’Armor). Mais le deuxième confinement est arrivé. Le seul moyen de se faire connaître pour La Marmite de Lamballe, c’est la vente à emporter.

Aucun client ne s’est encore assis sur les chaises de son nouvel établissement, baptisé La Marmite de Lamballe. Edwige Admon, 54 ans, a vendu son restaurant à Lyon (Rhône) lors du premier confinement. Elle devait ouvrir une nouvelle affaire, située 12, rue Lourmel à Lamballe (Côtes-d’Armor), entre le 10 et 15 novembre 2020. Mais le deuxième confinement a été annoncé fin octobre, obligeant cette gérante à garder les portes, de l’ancien restaurant La Parenthèse, fermées.

Ouvert tous les jours

Enfin pas tout à fait… Tous les jours, la gérante ouvre les rideaux de son établissement, pour y proposer de la vente à emporter.  Je ne suis pas connue ici , regrette-t-elle. Alors pour que les Lamballais puissent savourer sa cuisine traditionnelle, préparée avec des produits frais et locaux, la quinquagénaire ouvre tous les midis et soirs. Sauf le dimanche soir, sa petite pause dominicale. Mais l’objectif d’Edwige reste bel et bien  d’ouvrir au maximum .

Après trente années passées à Lyon, et une première affaire lancée en 2004, celle qui  connaît par cœur le monde de l’hôtellerie et de la restauration  a souhaité se rapprocher de sa fille qui habite Guingamp. C’est une agence immobilière qui lui a fait découvrir Lamballe. La restauratrice est tombée sous le charme. Une ville qu’elle apprécie encore.  Malgré le confinement et le couvre-feu, j’aime toujours Lamballe , affirme la patronne.

Derrière les fourneaux, ils sont deux à cuisiner le matin, Edwige et l’ancien chef du restaurant La Parenthèse, Bruno Kepa. L’après-midi, la gérante passe au service avec sa fille Florence.  Il y a aussi mon mari qui supervise un peu , précise la restauratrice.

La nouvelle restauratrice du centre-ville « s’accroche »

Un déménagement, un nouveau défi, et un établissement dans une ville qu’elle apprécie… La seule ombre au tableau reste le confinement. Alors la restauratrice  s’accroche .  Je n’ai pas le droit aux aides, parce que je n’ai pas eu de chiffres d’affaires en septembre , précise Edwige Admon. Elle a même été obligée de refaire un crédit, et n’arrive à se dégager qu’un salaire situé entre 300 € et 400 €.

Si l’ancienne Lyonnaise a investi  tout ce qu’elle avait de la vente de son dernier restaurant , elle reste positive et peut compter sur la solidarité  des particuliers , comme son propriétaire qui lui a offert un mois de loyer.

Mais au fond, Edwige n’a qu’une envie : accueillir les clients et remplir les 100 places proposées dans son établissement.  Même si je faisais 40 cela m’irait , explique-t-elle, en faisant référence aux mesures sanitaires.

Renseignements : La Marmite de Lamballe, 12, rue de Lormel. Tél. 02 96 31 12 12. Adresse mail : lamarmitedelamballe@gmail.com, Facebook : La Marmite de Lamballe. Tous les jours sauf le dimanche soir : burgers maison, un plat végétarien, un plat du jour. Desserts également faits maison.

Photographie: Edwige Admon, gérante de la Marmite de Lamballe.

Partager cette fiche : 

Vous souhaitez recevoir nos informations et nos offres ?

Inscrivez-vous à notre Newsletter !